Votre avis m’intéresse

Your cup The pup 72 petitAu rayon tasse de thé, en voici deux originales, tout droit sorties des ateliers artistiques SunOf.net  &  aqualowe.ch…

Qu’en pensez-vous ? J’aime, j’aime pas et quel prix suis-je prêt(e) à mettre pour en acquérir une ?

Merci pour vos nombreuses et enthousiastes réponses !

Surprenant… Oscar

Oscar

L’autre soir au cinéma, bien avant minuit, sous d’étranges étoiles, je me suis vue décerner un Oscar ! Extraordinaire, inattendu… quel honneur imaginez…! J’étais confuse et le temps d’une photo, le lieu s’y prêtant, je me suis fait un film… Puis avec soin, en retenant ma respiration, sans plus de cérémonie, j’ai remis délicatement l’incroyable objet…

… sur son étagère.

Le plus surprenant ? Son poids ! Cette petite statuette pèse une tonne !

Peindre au café

Un grain de caféUne pause café en peignant, ça vous dit ? Un plaisir parfumé…

Conseil :

Préparez une première teinte avec 1 à 2 cc de café soluble et 1/2 cc d’eau pour une couleur soutenue… (laissez fondre un peu en remuant). Puis préparez une ou deux teintes plus claires en augmentant simplement la quantité d’eau.

La peinture au café se travaille comme l’aquarelle, sur du papier. On obtient des nuances en tirant la couleur avec un pinceau plus ou moins chargé d’eau. En superposant des couches de couleurs (glacis) on obtient des teintes plus foncées.
Il est tout à fait possible d’y insérer une touche de couleur aquarelle, ou de vin, ou encore de jus de fruits pour rester dans les tons naturels.

Tête en l’air…

c'est un cygne

… Il ne faudrait pas que j’oublie de vous souhaiter un bel été !!

Et vous offrir en partage un déjeuner sur l’herbe
En compagnie de Nougaro

Déjeuner Sur L’herbe

Tous les deux, on déjeunait sur l’herbe
Et moi j’en avais fumé un peu
A travers mes paupières entrouvertes
L’air bleu
Ton visage à l’envers sur ton buste
Un baiser que tu me donnes à boire
A se croire dans un tableau d’Auguste
Renoir

Un chardonneret qui sifflote
Dans l’eau un bouchon qui flotte
Ma plume qui pêche à la ligne
Un vers insigne

Tous les deux, on déjeunait sur l’herbe
Et moi j’en avais fumé un peu
Tu me disais je t’aime, que ce verbe
M’émeut
Donne-moi encore ta bouche qu’on déguste
L’eau-de-vie de pomme, de prune, de poire,
Dans la toile étoilée de l’auguste
Renoir

Un rouge-gorge qui sifflote
Dans l’eau un bouchon qui flotte
Ma plume qui pêche à la ligne
Une plume de cygne

Tous les deux, on déjeunait sur l’herbe
Et moi j’en avais fumé un peu
Dans mes yeux, un triangle superbe
Tes yeux
Puis le soir obscurcit la pelouse
Pour l’oiseau, laissons les gâteaux secs
C’est parfait. On repart à Toulouse-
Lautrec.