Trois petits pots / Etape 2 : L’esquisse

Je choisis un bâton de pastel sec vert pâle qui semble se rapprocher le plus possible des teintes des trois pots et d’un trait léger, je place ces derniers sur le papier.

Pas besoin d’aller dans le détail.

A suivre…

Lien vers le résultat final

Trois petits pots / Etape 1 : Le quadrillage

Je vous propose à présent, en quelques images, les différentes étapes de la construction de ce pastel que vous connaissez déjà.

Une photo de vacances prise à Ballenberg en été 2012 en est le sujet :Trois vieux pots désuets.

Matériel : Pour cette réalisation je choisis un papier velours blanc Hahnemühle 260 g/m2 en 30 x 40 cm et un assortiment de 20 demi-pastels à l’Écu de Sennelier.

La première difficulté consiste à placer les trois pots de manière précise sans abîmer le papier velours. Je pose donc un quadrillage au fils à coudre simplement collé sur les bords, qui me permet de dessiner ensuite directement sur le papier velours, à main levée avec un pastel choisi dans les tons des pots.

A suivre…

Lien vers le résultat final

Y a comme un nœud…

Le papier velours est une expérience tout entière quand le pastel est particulièrement volatile, les bâtons grossiers et le sujet précis… Voici en 4 étapes la façon d’aborder le problème.

1. Respirer profondément et trouver le courage de débuter… / 2. Poser les couleurs à l’état brut, sans trop s’inquiéter de ce qui dépasse… c’est inévitable. / 3. Commencer à structurer à l’aide d’un pinceau dur, mélanger, tirer, brosser et ajouter un peu de couleur. / 4. Lisser, rehausser d’un crayon pastel noir, ajouter encore un peu de couleur et lisser encore…

Lien vers le résultat final

La langue de Molière

Allusion faite à la chaussure et dont la définition est la suivante : Chaussure basse possédant sur la languette deux empiècements en forme d’oreilles où sont placés les lacets avec un bout rapporté à l’avant… malicieux clin d’œil aux chaussures de mon enfance… pourtant loin d’être aussi fun que cette converse.

Les traits se précisent, ici les dents, là les lacets, le tout à grand renfort de détails… la pose est précise, les contrastes importants, la godasse prend forme. Je veille à lui donner un caractère sauvage en salissant les belles nuances turquoises de quelques touches de brun ou de gris.

Avance à petits pas

Le voile léger est précisé, les contours affinés, les couleurs affirmées. A chaque intervention les volumes sont vérifiés et parfois corrigés. L’absence de dessin permet une certaine liberté et oblige à la rigueur, histoire de ne pas faire de faux pas. La converse apparaît doucement comme dans un mirage…